toxicité bisphénol A BPA

Qu'est ce que le bisphénol A ? ( BPA )

de lecture - mots

bpa free

On entend souvent parler de BPA ou Bisphénol A de son vrai nom, simple argument marketing ou réel problème de sécurité sanitaire ?

En effet, si vous vous êtes renseigné pour acheter une gourde vous avez certainement déjà vu ce terme. Certaines enseignes en ont même fait leur fer de lance en ne proposant que des produits sans BPA. Mais qu'est-ce donc finalement ?

Le BPA (bisphénol A) est un produit chimique utilisé dans l'industrie pour durcir les plastiques et résines.Il a été en grande partie abandonné dans l'industrie des gourdes.

 

BPA et activité oestrogénique


Le temps, les liquides chauds et l'exposition aux rayons UV provoquaient bien souvent une décomposition de la gourde en plastique. Cela entraînait la lixiviation des substances chimiques du plastique directement dans les denrées  contenues dans la gourde.

Une fois à l'intérieur du corps, il peut imiter l'hormone sexuelle féminine naturelle. En se fixant à des récepteurs reconnaissant les oestrogènes, cela stimule que l'on appelle communément l'activité oestrogénique. Cela créerait une fausse présence d'oestrogènes dans le corps. On craint que, chez l'humain, cela puisse avoir une foule de conséquences potentiellement négatives sur le développement du foetus et de l'enfant, ainsi que sur le système reproducteur. D'autres risques liés à la santé humaine sont aussi remit en cause.

Aujourd'hui, les fabricants de plastique utilisent d'autres durcisseurs de plastique pour éviter d'utiliser le BPA et le proclament haut et fort. Cependant, le problème potentiel de lixiviation d'autres produits chimiques dans le contenu de votre gourde n'est pas entièrement résolu.

 

Qu'en est-il des autres produits chimiques ?

chimie


Bien que la plupart des fabricants de gourdes d'eau n'utilisent plus de BPA, le problème est qu'il n'est qu'un produit chimique parmi des centaines (voir des milliers) utilisés pour produire des plastiques.

D'autres produits chimiques tel que les polypropylène ou des plastifiants comme les phtalates, ont également été qualifiés de polluants et perturbateurs endocriniens. Ils entraînent une activité oestrogénique non naturelle. Six phtalates sont actuellement interdits par la FDA aux Etats-Unis, et plus encore par l'agence européenne alimentaire. Malheureusement, très peu de recherches ont été menées sur les risques de toxicité pour la santé de ces produits chimiques et les autres , y compris ceux de substitution du BPA.

La composition chimique exacte d'une pièce en plastique du commerce est quasiment impossible à obtenir. Une seule de ces pièces peut être composée de 5 à 30 produits chimiques. Ce chiffre se multiplie dans le cas d'un objet en contenant plusieurs pièces. De cette manière certains biberons cumulent plus de 100 produits chimiques. La quasi-totalité de ceux-ci sont possiblement toxique et peuvent s’échapper du produit lorsqu'il est mis à rude épreuve, pour en contaminer le contenu.

Sur le long terme plusieurs autres produits seront certainement remis en cause. Cela dit, une grande partie de la recherche scientifique entourant l'évaluation environnementale est masquée et mêlée à des poursuites judiciaires.

 

Que fait-on à ce sujet ?

usine pétrochimique


La sécurité de la consommation de l'eau des gourdes et bouteilles en plastique reste très controversée.

L'industrie des plastiques affirme qu'ils sont totalement sûrs et ne présentent aucun risque pour la santé. Selon leurs propres recherches, seules des quantités infimes de produits chimiques s'échappent. Ces petites quantités seraient rapidement éliminées de la circulation sanguine par des processus corporels normaux.

Cependant, nous estimons qu'il faut davantage de recherches et d'études scientifiques indépendantes pour en arriver à cette conclusion. L'absence de preuves scientifiques ne prouve pas que ces produits chimiques sont sans danger pour l'homme. Plus la pression augmente sur le marché de la consommation, plus il est probable que d'autres études soient menées à ce sujet.

 

J'ai besoin d'une gourde, que dois-je faire ?


La situation est donc compliquée. L'étiquette sans BPA ne semble pas signifier que le produit soit exempte d'activité oestrogénique. C'est pourtant la question soulevée à l'origine au sujet du BPA lui-même. Pourtant, la science est floue quant à l'effet, s'il y en a un, sur les humains (peut-être qu'elle ne fait que traverser votre corps sans danger, ou peut-être pas). Alors, que faire pour se protéger contre les composés potentiellement nocifs ?

La meilleure solution est d'opter pour une gourde en verre ou en acier inoxydable. Elles sont très compétitives dans de nombreuses activités en plein air. Le coût, le poids et le risque de casse (dans le cas du verre) ne sont tout simplement pas un gros problème. Les avantages potentiels pour la santé justifieront un peu plus de poids et de coût pour de nombreux consommateurs.

Si malgré tout votre choix se porte pour un contenant en plastique pour ses avantages de poids, de solidité ou autres ne vous en faites pas. Nous avons examiné attentivement cette question, et nous n'avons trouvé aucune étude scientifique qui prouve définitivement un risque sérieux pour la santé.

 

Néanmoins, si vous utilisez une gourde en plastique, nous vous recommandons ces pratiques :

  • Ne chauffez pas votre biberon au micro-ondes.
  • N'utilisez pas votre gourde en plastique pour la consommation de liquides chauds.
  • Lavez à la main vos gourdes de plastique plutôt que de les mettre au lave-vaisselle.
  • Évitez l'exposition aux UV en laissant votre gourde au soleil.
  • Jetez votre gourde si l'intérieur est fortement égratigné, usé ou décoloré.

 

Article connexe : Comment choisir sa gourde ?

 


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés

Newsletter

Recevez nos articles dans votre boite email.